A méditer…

« Imaginez que soyez dans un canoë porté par une rivière paisible. Soudain, un grand coup dans le flanc de l’embarcation, et vous êtes projeté à l’eau. Vous remontez à la surface en hoquetant et qu’est-ce que vous constatez ? Quelqu’un l’a fait chavirer et se moque de vous. Que ressentez-vous ?
Puis, imaginez la même scène à ceci près que cette fois, vous constatez qu’un énorme tronc d’arbre a dérivé en aval et percuté votre embarcation. Que ressentez-vous ?
Les faits sont les mêmes. Mais, en général, si vous pensez avoir été pris personnellement pour cible, vous vous sentez plus mal. Alors qu’en réalité, la plupart des choses qui nous heurtent dans la vie – réactions des autres, embouteillages, maladies etc– sont comme des morceaux de bois impersonnels actionnés par dix mille causes en amont. »

Extrait du « Cerveau de Bouddha », Dr Rick Hanson, Dr Richard Mendius

Source: Méditer Ici et Maintenant

Le jour où je me suis aimé (Charlie Chaplin)

 

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai compris qu’en toutes circonstances,
j’étais à la bonne place,
au bon moment.
Et, alors, j’ai pu me relaxer.
Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle Estime de soi.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai pu percevoir que mon anxiété et ma souffrance émotionnelle,
n’étaient rien d’autre qu’un signal lorsque je vais à l’encontre de mes convictions.
Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle Authenticité.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai cessé de vouloir une vie différente
et j’ai commencé à voir que tout ce qui m’arrive contribue à ma croissance personnelle.
Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle Maturité.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai commencé à percevoir l’abus
dans le fait de forcer une situation, ou une personne,
dans le seul but d’obtenir ce que je veux,
sachant très bien que ni la personne ni moi-même ne sommes prêts
et que ce n’est pas le moment.
Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle Respect.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai commencé à me libérer
de tout ce qui ne m’était pas salutaire,
personnes, situations, tout ce qui baissait mon énergie.
Au début, ma raison appelait ça de l’égoïsme.
Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle Amour Propre.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai cessé d’avoir peur du temps libre
et j’ai arrêté de faire de grands plans ,
j’ai abandonné les mégaprojets du futur.
Aujourd’hui, je fais ce qui est correct, ce que j’aime,
quand ça me plait et à mon rythme.
Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle Simplicité.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai cessé de chercher
à toujours avoir raison et me suis rendu
compte de toutes les fois où je me suis trompé.
Aujourd’hui, j’ai découvert l’Humilité.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai cessé de revivre le passé et de me préoccuper de l’avenir.
Aujourd’hui, je vis au présent, là où toute la vie se passe.
Aujourd’hui, je vis une seule journée à la fois, et ça s’appelle Plénitude.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai compris que ma tête pouvait me tromper et me décevoir,
mais si je la mets au service de mon cœur,
elle devient un allié très précieux.

Charlie Chaplin

Pensée à méditer…

« Je me souviens quand je suis arrivé au monastère de mon professeur Ajahn Chah. Il m’a regardé et dit : « J’espère que tu n’as pas peur de la souffrance. » J’ai répondu : « que voulez-vous dire ? Je suis venu ici pour méditer, pour trouver le bonheur et la paix intérieure. » Il a expliqué, « il existe deux types de souffrance, la souffrance que nous fuyons parce que nous refusons de faire face à la vérité de la vie, et la souffrance qui survient quand nous sommes prêts à cesser de fuir les peines et les difficultés du monde. Le deuxième type de souffrance te mènera à la liberté. »
Puissiez-vous avoir la force et le courage non seulement faire face à votre souffrance, mais aussi d’embrasser les possibilités d’amour, de rire et de compassion qui sont à votre portée tous les jours.»
Jack Kornfield, auteur de « Après l’extase, la lessive »

Sources: Méditer ici et maintenant